Le langage écrit à travers les médias créatifs

www.psychoeducation.be
En quoi consiste la formation ? 
Vous redécouvrirez au travers des outils créatifs (tels que collage, peinture, mandala, …) le plaisir d’écrire, tout en intégrant les règles grammaticales et orthographiques. Après ces 3 journées de pratiques construites sur une trame de données scientifiques et théoriques, vous serez prêts à transmettre ce plaisir à vos patients, élèves, enfants, ados.

Les enfants visés ont entre 9 et 15 ans et les problématiques visées sont les difficultés d’apprentissage du langage écrit, principalement grammaire et orthographe, mais aussi comment aborder le langage écrit autrement.

Animée par : Jade Destrée et Virginie Brynaert

Plus d’infos sur le site de www.psychoeducation.be

Méthode de travail

Jeunes ou moins jeunes, enfants ou adolescents, ils se laissent parfois submerger par leur matière. Les compétences sont là mais ils manquent de structure, d’organisation, de motivation ou, « simplement », ils ne savent pas comment apprendre, comment étudier, que mettre en place pour être efficace.

Les objectifs en méthode de travail seront discutés lors du premier entretien. Le suivi consistera alors à accompagner l’enfant/adolescent dans la découverte de son propre fonctionnement et à lui donner les outils pour l’exploiter dans les meilleures conditions afin de parvenir aux objectifs fixés.

En général, une période « test » de 4 séances est proposée afin de vérifier la mise en projet par rapport à la demande et la mise en pratique des notions vues. Les séances se construiront notamment sous le regard de la gestion mentale et permettront de :
– découvrir le principe d’évocation et surtout ses propres modes d’évocations.
– …


Jade Destrée, Logopède
Thérapeute du langage écrit, du langage oral, de la pensée logico-mathématique, de la sphère ORL et des troubles acquis
Cabinet privé : Rue du Vallon 100, B-1332 Genval
Tél : 0498/69.85.18
Email : jade.destree@gmail.com
Site internet : www.cloccinelles.be

La dyspraxie

Selon Vaivre-Douret (2007) « La dyspraxie développementale désigne les troubles de l’exécution des gestes intentionnels, finalisés (par opposition aux gestes réflexes) et culturellement appris, sans être imputable à une atteinte neurolésionnelle, un retard mental, un déficit sensitif ou sensoriel, un trouble moteur avéré, un trouble du développement psychoaffectif ».

Etre dyspraxique c’est donc « être dans l’incapacité totale ou partielle d’inscrire cérébralement certains programmes gestuels en dépit d’une exposition et/ou d’un apprentissage normal des gestes considérés » (selon N. de Breuck).

Il existe différents types de dyspraxie (selon Mazeau, Vaivre-Douret) :

– la dyspraxie idéatoire
– la dyspraxie idéomotrice
– la dyspraxie constructive
– la dyspraxie de l’habillage
– la dyspraxie bucco-linguo-faciale ou verbale
– la dyspraxie visuo-spatiale
–  la dyspraxie constructive non visuospatiale

Les répercussions se situeront au niveau des apprentissages scolaires, du graphisme, du langage écrit, du calcul. La dyspraxie est donc souvent associée à de la maladresse, du TDA/H, de la dysgraphie, de la dyslexie et de la dyscalculie.

La dyspraxie est un trouble qui résiste à un traitement conséquent. L’objectif de la rééducation sera de contourner les faiblesses en utilisant les compétences préservées, de mettre en place des mécanismes de compensation, des adaptations matérielles, tout cela avec l’aide indispensable de la verbalisation.


Jade Destrée, Logopède
Thérapeute du langage écrit, du langage oral, de la pensée logico-mathématique, de la sphère ORL et des troubles acquis
Cabinet privé : Rue du Vallon 100, B-1332 Genval
Tél : 0498/69.85.18
Email : jade.destree@gmail.com
Site internet : www.cloccinelles.be

La dyscalculie

« Pathologie se manifestant par des difficultés persistantes en mathématique »

La dyscalculie vraie

« Forme spécifique de dyscalculie, globale et précoce, touchant la fonction de calcul et l’apprentissage du nombre, non explicable par une déficience intellectuelle, par un déséquilibre affectif, sensoriel ou neurologique ou encore par des causes ou circonstances pédagogiques directes » (selon CAMPOLINI (C.), VAN HÖVELL (V), VANSTEELANDT (A) : « Dictionnaire logopédique : le développement du langage écrit et sa pathologie », Ed.Peeters, 2000, série pédagogique de l’institut de linguistique de Louvain (SPILL)).

On pourrait dès lors distinguer de la dyscalculie vraie :

– la dyscalculie pédagogique, qui résulterait de carences ou d’inadaptations dans les apprentissages scolaires, de méthodes inadaptées, d’absentéisme.

– la dyscalculie psychologique, liée à des déficiences intrinsèques, des blocages, des régressions affectives, des événements perturbants …

La rééducation de la dyscalculie est complexe et dépend de chaque patient. Les difficultés peuvent en effet se situer à de nombreux niveaux, à la fois différents et interdépendants :

– les opérations infra logiques (espace, temps, causalité)
– les opérations logiques (conservation, classification, sériation, combinatoire)
– le comptage
– le dénombrement
– le nombre
– la numération
– les opérations
– les faits arithmétiques
– le vocabulaire mathématique
– les problèmes
– les grandeurs
– l’heure
– l’argent
– …

L’idée générale est toutefois de ne pas aller plus vite que la maturité du cerveau, mais d’aider l’enfant dans la découverte et la construction de sa pensée logico-mathématique.
Le travail dépendra donc des difficultés relevées lors du bilan initial, et se fera sous un regard à la fois cognitiviste et piagétien.

« La théorie piagétienne a ouvert une première porte sur le fonctionnement mental des sujets dyscalculiques. Certaines difficultés mathématiques, liées à un retard de développement des opérations logiques, prenaient sens à la lumière de la théorie piagétienne. Par ailleurs, le diagnostic opératoire permettait de proposer aux enfants dyscalculiques des activités logico-mathématiques susceptibles de les aider à développer leur raisonnement sur les nombres (…) Le développement considérable en psychologie cognitive a donné une nouvelle impulsion à l’étude des troubles du calcul. Les processus mentaux mis en œuvre dans le traitement des nombres et dans les opérations arithmétiques nous sont aujourd’hui mieux connus. » (selon VAN HOUT (A.), MELJAC (C.), FISCHER (J.P.),  « Troubles du calcul et dyscalculies chez l’enfant », éd. Masson, 2005).


Jade Destrée, Logopède
Thérapeute du langage écrit, du langage oral, de la pensée logico-mathématique, de la sphère ORL et des troubles acquis
Cabinet privé : Rue du Vallon 100, B-1332 Genval
Tél : 0498/69.85.18
Email : jade.destree@gmail.com
Site internet : www.cloccinelles.be

La dysarthrie

Dysarthrie: “Trouble qualitatif de l’expression orale au niveau du phonème, causé par l’altération du contrôle musculaire des mécanismes de la parole et qui affecte la production de celle-ci.” (selon CAMPOLINI (C.), VAN HÖVELL (V), VANSTEELANDT (A) : « Dictionnaire logopédique : les troubles acquis du langage, des gnosies et des praxies », Ed.Peeters, 2003, série pédagogique de l’institut de linguistique de Louvain (SPILL)).

La rééducation portera donc sur:
– la respiration
– la coordination pneumophonique
– la résonance
– la fonction laryngée
– les articulateurs
– la prosodie
– la communication


Jade Destrée, Logopède
Thérapeute du langage écrit, du langage oral, de la pensée logico-mathématique, de la sphère ORL et des troubles acquis
Cabinet privé : Rue du Vallon 100, B-1332 Genval
Tél : 0498/69.85.18
Email : jade.destree@gmail.com
Site internet : www.cloccinelles.be

L’aphasie

« Altération acquise du langage, consécutive à une lésion du système nerveux central et qui affecte l’encodage (versant expression) et/ou le décodage (versant compréhension) du langage oral et/ou écrit » (selon CAMPOLINI (C.), VAN HÖVELL (V), VANSTEELANDT (A) : « Dictionnaire logopédique : les troubles acquis du langage, des gnosies et des praxies », Ed.Peeters, 2003, série pédagogique de l’institut de linguistique de Louvain (SPILL)).

Il existe de nombreuses formes cliniques d’aphasies (fluente, non fluente, mixte…) et leur classification est parfois critiquée. L’évaluation lors du premier entretien permettra dès lors de cibler au plus juste les difficultés rencontrées afin de travailler sur les symptômes, tels que :
– la compréhension
– l’expression
– les praxies
– la fluence
– le manque du mot
– l’aggramatisme
– les persévérations
– la dissociation automatico-volontaire
– …


Jade Destrée, Logopède
Thérapeute du langage écrit, du langage oral, de la pensée logico-mathématique, de la sphère ORL et des troubles acquis
Cabinet privé : Rue du Vallon 100, B-1332 Genval
Tél : 0498/69.85.18
Email : jade.destree@gmail.com
Site internet : www.cloccinelles.be

La dysorthographie

La dysorthographie de développement

« Trouble spécifique de l’orthographe se manifestant par une difficulté à apprendre l’orthographe en dépit d’un enseignement classique, d’une intelligence suffisante, et de facilités socioculturelles, qui relève d’inaptitudes cognitives fondamentales ayant fréquemment une origine constitutionnelle » (selon CAMPOLINI (C.), VAN HÖVELL (V), VANSTEELANDT (A) : « Dictionnaire logopédique : le développement du langage écrit et sa pathologie », Ed.Peeters, 2000, série pédagogique de l’institut de linguistique de Louvain (SPILL)).

La dysorthographie peut être phonologique, de surface ou mixte. Selon le diagnostic, la rééducation sera précisée et, progressive, elle portera notamment sur : – la voie d’assemblage et/ou la voie d’adressage
– l’enrichissement du lexique orthographique
– la correspondance phonographémique
– la mémoire de travail
– la discrimination auditive et/ou visuelle
– les facteurs instrumentaux


Jade Destrée, Logopède
Thérapeute du langage écrit, du langage oral, de la pensée logico-mathématique, de la sphère ORL et des troubles acquis
Cabinet privé : Rue du Vallon 100, B-1332 Genval
Tél : 0498/69.85.18
Email : jade.destree@gmail.com
Site internet : www.cloccinelles.be

La dyslexie

La dyslexie de développement

« Trouble spécifique de la lecture se manifestant par une difficulté importante et persistante dans l’apprentissage de la lecture en dépit d’un enseignement classique, d’une intelligence suffisante, et de facilités socio-culturelles, trouble qui relève d’inaptitudes cognitives fondamentales ayant fréquemment une origine constitutionnelle » (selon CAMPOLINI (C.), VAN HÖVELL (V), VANSTEELANDT (A) : « Dictionnaire logopédique : le développement du langage écrit et sa pathologie », Ed.Peeters, 2000, série pédagogique de l’institut de linguistique de Louvain (SPILL)).

La dyslexie peut être phonologique (quand la voie d’assemblage est touchée), de surface (quand la voie d’adressage est touchée) ou mixte (quand les deux voies de lecture sont touchées). Selon le type de dyslexie, la rééducation, progressive, portera notamment sur :

– la voie d’assemblage et/ou la voie d’adressage
– le balayage visuel
– les habilités métaphonologiques
– la mémoire de travail
– la discrimination visuelle et/ou auditive
– la correspondance grapho-phonémique
– la représentation orthographique
– la représentation phonologique
– la vitesse de lecture
– la boucle audio-phonologique
– la compréhension à la lecture
– les facteurs instrumentaux

!! Chaque patient est unique et vient avec son propre vécu et ses propres difficultés; les principes de rééducation sont donc toujours adaptés à chacun. C’est le bilan logopédique initial qui définira le projet thérapeutique précis.


Jade Destrée, Logopède
Thérapeute du langage écrit, du langage oral, de la pensée logico-mathématique, de la sphère ORL et des troubles acquis
Cabinet privé : Rue du Vallon 100, B-1332 Genval
Tél : 0498/69.85.18
Email : jade.destree@gmail.com
Site internet : www.cloccinelles.be

La dysgraphie

« Trouble du geste graphique qui affecte l’écriture tant dans sa scription que dans son tracé sans qu’un déficit intellectuel ou neurologique ne justifie cette perturbation. Ce trouble se manifeste par une écriture anormalement lente ou anormalement fatigante, dont la lisibilité est insuffisante et dont le niveau n’est pas conforme à l’âge ni aux possibilités instrumentales du scripteur «  (selon CAMPOLINI (C.), VAN HÖVELL (V), VANSTEELANDT (A) : « Dictionnaire logopédique : le développement du langage écrit et sa pathologie », Ed.Peeters, 2000, série pédagogique de l’institut de linguistique de Louvain (SPILL)). L’origine de la dysgraphie et les symptômes s’y rattachant sont multiples. Le bilan initial permettra donc de cibler au mieux la difficulté afin de travailler précisément la cause (motrice, psychologique, phobique…) et les symptômes (pression, aisance, souplesse, dimension…).


Jade Destrée, Logopède
Thérapeute du langage écrit, du langage oral, de la pensée logico-mathématique, de la sphère ORL et des troubles acquis
Cabinet privé : Rue du Vallon 100, B-1332 Genval
Tél : 0498/69.85.18
Email : jade.destree@gmail.com
Site internet : www.cloccinelles.be

La dysphasie

La dysphasie est un retard sévère  au niveau du langage. Il existe différents types de dysphasie, et à chaque type correspond un déficit structurel principal (le lexique et/ou la syntaxe et/ou l’articulation et/ou la phonologie et/ou la compréhension et/ou la réception et/ou la sémantique et/ou la pragmatique).

La rééducation dépendra donc du type de dysphasie et de son degré de sévérité. Elle utilisera des moyens d’enrichissement, de compensation, de contournement, avec éventuellement des supports pictographiques ou gestuels.


Jade Destrée, Logopède
Thérapeute du langage écrit, du langage oral, de la pensée logico-mathématique, de la sphère ORL et des troubles acquis
Cabinet privé : Rue du Vallon 100, B-1332 Genval
Tél : 0498/69.85.18
Email : jade.destree@gmail.com
Site internet : www.cloccinelles.be